UAM – 25 ans d’assistance immédiate pour lutter contre la pollution par les hydrocarbures et les substances chimiques de la mer Méditerranée – 15/10/2018

Le 15 octobre 2018, l’Unité d’Assistance Méditerranéenne (UAM) célèbre ses 25 ans d’existence. Durant un quart de siècle, l’UAM a fourni une assistance immédiate et gratuite d’expert aux Etats côtiers de la Méditerranée pour faire face à la pollution de la mer par les déversements d’hydrocarbures et des substances chimiques.

L’Unité d’Assistance Méditerranéenne (UAM)

L’UAM a été établie par décision des parties contractantes à la Convention de Barcelone1, dans le cadre du protocole Situation critique2. L’objectif principal de l’UAM est de fournir rapidement des services, sur site ou à distance, d’experts sélectionnés à toute Partie Contractante, qui en cas d’urgence, en fait demande. Les experts de l’UAM peuvent fournir aux autorités nationales les conseils et l’expertise technique dont elles peuvent avoir besoin pour décider des mesures à prendre et du type d’assistance qu’il est nécessaire de demander.

Les principales interventions de l’UAM lors d’incidents de pollution marine

L’UAM a été activée à de nombreuses reprises pour apporter son soutien lors d’évènements de pollution marine tels que l’incident du navire Nassia en 1994 qui avait généré un déversement de 95 000 tonnes de pétrole brut dans le détroit du Bosphore, la centrale électrique de Jieh au Liban en 2006 qui a donné lieu à un déversement de 15 000 tonnes de fuel lourd impactant les côtes libanaises et syriennes, l’échouage du Costa Concordia en Italie en 2012, la rupture d’un pipeline à Evrona en Israël en 2014 qui a donné lieu à un rejet de 5 millions de litres d’hydrocarbures et plus récemment l’échouage du pétrolier Agia Zoni II en Grèce en 2017. 

Le navire Nassia après incendie (1994) ©Cedre

 

 

news_image53.png

La centrale électirque de Jieh (2006) ©REMPEC

 

 

news_image54.png

L'épave du Costa Concordia (2012)

© Ministère de l'environnement Italien

 

news_image55.png

La marée noire d'Evrona (2014) ©Roy Talbi

 

 

news_image56.png

AgiaZoni II (2017) © Les experts de l'UAM

 

Comment cette unité d’assistance fonctionne-t-elle ?

L’UAM peut être mobilisée par le Chef du bureau du REMPEC3 sur demande d’un Etat côtier de Méditerranée. Le REMPEC qui est administré par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) est l’un des six Centres d’Activités Régionales du Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM) du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

L’UAM est composée d’experts et de centres d’expertises très qualifiés, qui fournissent des services de conseils sur la gestion de situation de crise, l’organisation de l’intervention, l’analyse, l’évaluation et la prévision de l’évolution du mouvement des nappes d’hydrocarbures et du rejet de substances chimiques, les méthodes et les techniques de lutte en mer et à terre, le traitement et l’élimination des déchets, la documentation et les demandes d’indemnisation, etc.

Afin de faciliter la mobilisation des experts de l’UAM et réduire la charge financière incombée aux Etat côtiers de la Méditerranée, un fonds renouvelable MAU géré par le REMPEC a été spécialement créé dans le cadre de la Convention de Barcelone4 pour débloquer les fonds nécessaires à la mobilisation d’un expert pour une mission d’une durée d’un mois.

Pour activer la mobilisation de l’UAM dans les premières heures suivant la requête d’un Etat, des formulaires standards ont été mis en place et des accords ont été signés avec les institutions suivantes : 

La vision du futur

L’UAM envisage l’avenir avec confiance et sérénité afin de répondre au mieux aux attentes des Parties Contractantes en développant ses domaines de compétence. REMPEC s’emploie à élargir la composition de la MAU à d’autres institutions spécialisées, à améliorer les procédures de communication et de notification par le biais du système en ligne de notification des situations d’urgence en Méditerranée (MedERSys) en cours de développement, et à explorer avec ses partenaires les moyens novateurs permettant d’assister plus efficacement les Etats côtiers de la Méditerranée.

  1. La 8ème réunion ordinaire des Parties contractantes à la convention pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution et ses protocoles (Antalya,Turquie, 1993)
  2. Protocole de 1976 relatif à la coopération en matière de lutte contre la pollution de la mer Méditerranée par les hydrocarbures et autres substances nuisibles en cas de situation critique
  3. Centre régional Méditerranéen pour l’intervention d'urgence contre la pollution marine accidentelle
  4. La 5ème réunion ordinaire des Parties contractantes à la convention pour la protection de l’environnement et des régions côtières de la Méditerranée et ses protocoles (Almeria, Espagne, 2008)